>>>Surfez sans vagues

Surfez sans vagues

Dans le sport extrême que nous vous proposons, vous n'aurez pas besoin de vagues. Vous n'aurez même pas besoin d'être près de la mer. Bienvenue à l'"adrénaline waterproof".
Vous préparez votre combinaison de plongée et votre planche de surf, mais lorsque vous arrivez à la plage, la mer est si calme qu’elle en finit avec une journée d’émotions fortes. Ne vous inquiétez pas, nous avons trouvé la solution pour surfer sans limite, même sans vagues. La solution est simple : changez de scénario. Si vous pensez qu’il n’est possible de surfer que dans l’eau, c’est que vous ne connaissez pas encore les avantages du “ashboarding”, un sport extrême qui a débarqué pour démontrer que les vagues ne sont pas ce qu’il y a de plus important dans le surf.

Ne provoquez pas le volcan

Cerro Negro est un volcan actif avec, à ce jour, 23 éruptions. La dernière s'est produite en août 1999, avec des jets de lave de jusqu'à 300 mètres de haut. Les possibilités d'une nouvelle éruption sont limitées, mais possibles.

Le “ashboarding”, également appelé surf volcanique, vous permet de glisser sur les flancs d’un volcan, de dunes ou de collines de sable, sur une planche jusqu’à atteindre des vitesses impressionantes. Ce sport gagne des adeptes dans le monde entier parce qu’il permet de pratiquer un sport extrême tout en profitant d’un environnement unique, pratiquement sans pollution. Voici donc l’offre qui vous attend en pratiquant le “ashboarding” sur le Cerro Negro, au Nicaragua, et qui vous permet de descendre avec votre planche sur la pente d’un véritable volcan en activité.
C’est l’une des raisons qui attirent chaque mois près de trois mille touristes sur le site du volcan nicaraguayen : dans très peu de régions du monde vous trouverez une couche de cendres noires et de roches volcaniques comme ici. Il s’agit du volcan le plus jeune d’Amérique centrale mais également le plus actif du Nicaragua. Il est situé à 108 kilomètres de Managua, à León, et bien que sa descente est très tentante, nous devons vous avertir du danger que cela suppose. L’escalader ne ressemble en rien à l’ascension d’un autre volcan: la paroi est raide et difficile sur les 500 mètres de hauteur du volcan, et vous devrez vous aider de vos mains sur certains tronçons. Lorsque vous parviendrez au sommet, vous verrez que cela en vaut la peine : la vue vous permettra d’apprécier la chaîne volcanique, qui traverse plusieurs zones du Nicaragua, les volcans s’alignant les uns après les autres, comme le Telica et le San Cristóbal, tout en ressentant la chaleur émanant du cratère. Descendre est beaucoup plus facile que monter, mais non moins exaltant. Vous pouvez atteindre 50 kilomètres à l’heure sur votre planche. Mieux vaut donc être en forme. Pour vous guider sur votre chemin, vous pouvez participer à l’excursion Bigfoot Hostels, qui comprend le transport jusqu’au volcan, le matériel de sécurité et jusqu’à la bière et les “cookies” pour la pause.
Si vous êtes prêt et que vous vous en sentez capable, vous pourrez devenir le protagoniste d’une activité qui n’a pas de prix. Il faut juste payer à l’entrée une redevance puisqu’il s’agit d’une zone protégée. Préparez donc votre planche…on se retrouve en bas!

Articles connexes

Le paradis du surf africain

Au-delà de l'exotisme, le surf découvre un nouveau Maroc, plus "hippie" et amoureux du néoprène. 3 500 kilomètres de côte...

À dos de serpents dans le Kerala

Au sud de l’Inde, l’eau des lacs bat au rythme des rames. Ce sont les régates des bateaux du Kerala,...

Les nouvelles îles de l’adrénaline

Célèbre pour l’observation des baleines, l’archipel des Açores est un parc multi-aventure grandeur nature, où l’on peut faire du sport,...

Un an d’aventure au Pays de Galles

Avec ses collines et ses falaises abruptes et 15 sommets de près de 1000 mètres d'altitude, la région britannique du...