>>>Retour en vélo dans les années 1930
Photo: Christophe GAGNEUX - Pixim Communication

Retour en vélo dans les années 1930

Le bon goût du vin, la musique d'Édith Piaf et le vent du sud qui nous fouette le visage. Pas de doute, nous sommes bien en France, mais nous avons aussi voyagé dans le temps avec le festival Anjou vélo vintage.
E
n matière de vélo, il ne faut pas parler d’utilisateurs, mais de militants. Pour les amoureux de la « petite reine », il n’y a pas de demi-mesure, ils sont fous d’elles. Ils sont unis par un lien invisible, même s’ils lui font des infidélités avec les voitures et les avions. Cette dévotion envers les deux roues prend une teinte sépia avec l’Anjou vélo vintage, événement né dans le sud de la France, alliant cyclisme, vin et esprit des années 1930.
Il est possible de participer à la course en tant que volontaire, pour éviter, entre autres, que les cyclistes ne s'égarent dans les vignobles.
Photo: PHB.cz (Richard Semik) / Shutterstock

Votre vélo est-il antérieur à 1987 ?

Si la réponse est oui, vous avez de la chance. C’est la date butoir pour participer au festival. En outre, vous ne devez pas avoir changé le guidon ni être équipé de repose-pieds automatiques. Les répliques sont acceptées. Des cyclistes de renom tels que Raymond Poulidor, Bernard Thévenet, Joop Zoetemelk et Roger Legeay y ont pris part.

Chaque édition réunit plus de participants que les précédentes. Plus de 2 500 participants et 20 000 visiteurs, des voyageurs originaires du monde entier, viennent profiter d’un week-end rétro avec quatre itinéraires possibles de 30 à 140 kilomètres. Cette édition est organisée à une heure de Paris, dans la vallée de la Loire, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Elle est traversée par le fleuve éponyme sur lequel des promenades dans des embarcations traditionnelles sont organisées.
L’itinéraire pour les mieux préparés est « l’Authentic 1868 », 130 kilomètres à parcourir le 18 juin – première journée de cette sixième édition – sur des chemins de terre qui montent jusqu’à 120 mètres. L’itinéraire le plus long du dimanche 19 est « l’Irène Delaboucle ». Soixante kilomètres parcourant des villages et des villes comme Rou-Marson, Doué-la-Fontaine, Brossay et Saumur. Cette dernière est renommée pour son monastère de Saint-Florent et ses tours à l’ombre du château des ducs d’Anjou.
Trois mois avant le festival, en mars, 1 000 personnes étaient déjà inscrites.
Photo: Christophe GAGNEUX - Pixim Communication
Les deux itinéraires proposés s’intitulent « Anatole Laguibole » et « Jean-Guy Dondroit ». Le premier parcourt 40 kilomètres au cœur des vignobles d’Anjou où les caves se sont développées à l’abri du patrimoine culturel : la collégiale Saint-Martin, exemple d’architecture carolingienne ; la forteresse du Plessis-Macé et l’abbaye d’Asnières. Le second s’étend sur 30 kilomètres au bord du fleuve, en contemplant des villages de pêcheurs et des grottes.
Le château de Sully est l'un des attraits de la vallée, à proximité de l'oratoire de Germigny.
Photo: Viacheslav Lopatin/ Shutterstock
L’Anjou vélo vintage séduit aussi les estomacs avec ses itinéraires gastronomiques : les cyclistes font des haltes pour participer à des dégustations. La vallée de la Loire est surplombée par des restaurants qui invitent à profiter des plaisirs de la table. Les Banquettes rouges, à Blois, propose une cuisine traditionnelle à proximité de l’église Saint-Nicolas. Le Grand Vélum, à Chaumont-sur-Loire, est un restaurant gourmet situé dans le parc du château de Chaumont-sur-Loire. Le chef Olivier Arlot dirige le restaurant La Chancelière, à Montbazon. Langouste au quinoa, chou-fleur, curry et coco ou bien un menu dégustation figurent parmi les recommandations du chef. Dans le restaurant botanique, EmmaGine Le Bout du Monde, situé sur les rives de la Loire, les fleurs du jardin ne servent pas seulement de décoration, elles sont comestibles. Les biscuits Le Vinaillou et le miel sont quelques-uns des produits caractéristiques des environs.
La musique compte parmi les attraits de l’Anjou vélo vintage. Des rythmes brésiliens des années 1930 sont sortis de l’oubli. Jazz et swing animent en outre l’itinéraire. Dans le centre historique de Saumur, 90 exposants s’installent avec des accessoires de mode recyclés, une brocante et une vente de vélos. En plus de visiter les caves et de réaliser un cours d’œnologie à L’école d’Antan, il est possible de voyager dans le temps au cinéma ou chez un barbier rétro. Tout un week-end mêlant nostalgie, vin et, en guise de roses, des vélos.

Articles connexes

Les rêves mécaniques des Machines de l’île 

Que se passerait-il si l’imagination de Jules Verne rencontrait le génie de Léonard de Vinci… Pour le savoir, embarquement immédiat...

La bataille qui a inspiré Mordor

Le 1er juillet 1916 est la journée ayant fait le plus de morts lors de la Première Guerre mondiale. C'est...

Dormir comme Louis XIV

Si vous vous êtes déjà demandé comment on dort dans un palais il est prévu que vous puissiez le faire...

Sarlat “gourmet” : passage direct au foie

La capitale du Périgord noir français se visite avec gourmandise. Des bijoux gastronomiques comme son "foie gras" d'oie attirent chaque...