Sri Lanka

Bénie par la nature

Découvrez les temples bouddhistes, les plages de rêve et les villes coloniales que cache l’exubérante nature de cette « île resplendissante » !
S

itôt débarqués à Colombo, la capitale, nous avons décidé de franchir la barrière du piquant. Au cours de cette première incursion dans la cuisine locale, nous ne sommes pas restés bouche bée comme un peu plus tard, sur la route de la ville de Kandy. Mais nous avons compris au moins pourquoi les rues du Sri Lanka embaumaient les épices. Car la cannelle, la vanille et surtout le thé sont les véritables joyaux de cette « île resplendissante » en forme de larme posée sur l’océan Indien. Ses plantations de café ayant été décimées par des champignons au milieu du XIXe siècle, le Sri Lanka s’est tourné vers la production du thé. Le thé élaboré sur l’île est connu dans le monde entier sous la dénomination de thé de Ceylan – Ceylan étant le nom donné à l’île par les Anglais en 1796.

La cuisine du Sri Lanka est très épicée et très différente de la cuisine de l'Inde.

Le thé élaboré sur l’île est connu dans le monde entier sous la dénomination de thé de Ceylan.

Le thé modifia la topographie de l’île qui fut déboisée sur plus de 200 000 hectares par des éléphants autochtones avant que les Sri-Lankais n’y cultivent des plants de thé importés de Chine. Les plantations sont surtout regroupées sur les collines au centre de l’île, à Nuwara Eliya où le climat frais et humide s’avère plus propice. Une population désormais réduite d’éléphants vit actuellement dans les nombreux parcs naturels comme Yala et Uda Walawe. Ils cohabitent avec des singes, buffles, serpents, cerfs, oiseaux, léopards, et même des dragons de Komodo. Apercevoir ces lézards géants se baigner dans les rivières à proximité des routes ne relève d’ailleurs pas de l’impossible.

Nuwara Eliya est l'une des plus célèbres zones de plantations de thé du Sri Lanka.

Le train est une bonne option pour visiter les plantations de thé encore qu’il faille quatre heures pour parcourir 100 km. Les voies de chemin de fer sont également utilisées pour les déplacements à pied. Nous avons choisi de prendre plusieurs fois le train, notamment pour atteindre la côte. À Galle, Unawatuna, Weligama et Matara, au sud de l’île, nous avons trouvé des plages où les touristes faisaient du surf, plongeaient ou louaient des embarcations pour observer les baleines. Les pêcheurs montés sur des échasses y lancent leurs filets au lever et au coucher du soleil. Après les avoir aidés à ramasser leurs filets, nous leur avons acheté un poisson fraîchement pêché. Nous avons dîné sur place, avec du riz et des pâtes qu’ils nous avaient préparés. Le phare de Dondra se trouve à proximité de Matara. C’est le point le plus méridional de l’île. D’en haut, vous avez une jolie vue sur la région. Bentota, près de Colombo, offre une autre destination de plage avec un grand nombre de resorts et d’installations sportives. À l’est du Sri Lanka, Arugam Bay, Triconmalee et Pigeon Island attirent les amateurs de plongée et de surf.

Cinq siècles de tradition bouddhiste

La population du Sri Lanka est un mélange de groupes ethniques et de cultures d’origine majoritairement tamoul, provenant du sud-est de l’Inde. Comme 90 % des habitants sont bouddhistes, des centaines de temples sont répartis à travers le pays ; les croyants y déposent des offrandes que les singes jugent bienvenues. Certains temples sont curieux à l’image du temple de Tissa Dagoba, construit il y a 1800 ans aux bords d’un lac ; on y vénérait une dent disparue de Bouddha. Le nombre d’enfants moines et les écoles rencontrées sur le chemin dénotent l’influence notoire du bouddhisme.

Hormis le train, le transport le plus commun sur l’île, quelle que soit la distance, est le rickshaw. Ces tricycles motorisés permettent de se faufiler dans la jungle automobile d’une capitale qui vit chaque jour au rythme des klaxons. Mais avant de monter dans un rickshaw, il faudra absolument marchander le prix de la course ; de même que pour acheter un jus de papaye, de mangue ou de l’un de ces fruits odorants vendus sur les marchés bigarrés, dont celui de Pettah à Colombo. Sur ce dernier marché plutôt destiné aux voyageurs intrépides, l’affabilité des gens contraste avec le rythme frénétique de la vie dans la capitale.

À Kandy, le Sri Dalada Maligawa (Temple de la Dent) conserve comme relique une dent de Bouddha.

Tout comme à Colombo, le passé colonial du Sri Lanka – gouverné par les Portugais, les Hollandais et les Anglais pendant plusieurs siècles a laissé une trace dans l’architecture des villes de Kandy, Dambulla et Polonnaruwa. L’influence occidentale coexiste avec les temples bouddhistes, dont le célèbre temple d’Or de Dambulla, un complexe religieux aux 153 statues de Bouddha, aménagé dans un ensemble de grottes.

Pour voyager dans tout le pays, le réseau ferroviaire est plus efficace que la route.

Nous avons choisi de contempler Sigiriya depuis Pidurangala, une montagne qui se dresse en face des ruines.

Non loin de là, nous avons décidé de visiter un lieu connu pour ses vestiges archéologiques tout à fait prodigieux : les ruines de l’ancien palais de Sigiriya, construit au Ve siècle au pied et au sommet d’un rocher de 370 m de hauteur, formé par le durcissement de la lave d’une éruption volcanique. Cependant, nous avons préféré avoir un point de vue différent. Nous avons choisi de contempler Sigiriya depuis Pidurangala, une montagne qui se dresse en face des ruines. L’ascension est un mélange d’escalade et d’escaliers interminables où il faut éviter les rochers branlants et les chutes d’eau. Voir comment Sigiriya est née de la jungle et se dissimule quasiment entre les nuages est sans doute l’une des sensations les plus marquantes du voyage.

Thé de Ceylan

C’est le climat chaud et humide du Sri Lanka qui donne aux plantations ces thés noirs, verts, voire blancs (une variété très appréciée) pendant toute l’année. La plupart des plantations sont présentes dans les montagnes, au centre et dans le sud du pays, à plus de 1000 m au-dessus du niveau de la mer. On trouve cependant des plantations de thés indiens sur les plaines littorales. Les thés de Ceylan les plus recherchés sont les Nuwara Eliya, Uva Highlands et Dimbula. La cueillette et l’élaboration à la main du thé sont au cœur de l’existence de nombreuses familles sur l’île.

La plage de Mirissa est l'un des spots préférés des surfeurs au sud de l'île.

Les personnes qui n’ont pas peur des ascensions visitent également un autre joyau naturel du Sri Lanka, le pic d’Adam. Le chemin à travers cette montagne en forme de cône, de 2 200 m d’altitude, est éclairé afin d’en faciliter la montée qui se réalise de nuit. Outre la vue inégalable sur les environs, une récompense vous attend au terme de ces milliers de marches qu’il faudra monter pendant trois heures : vous pourrez contempler l’empreinte laissée dans la pierre, selon les croyances, par Adam, Shiva ou Bouddha. Le lever du soleil est un spectacle très couru, bien qu’il ne soit pas possible de distinguer la falaise du parc national voisin de Horton Plains connu sous le nom de « fin du monde ». Les légendes n’ont peut-être pas tort. Adam est peut-être venu jusqu’ici. La vue sur cette forêt nuageuse eut en tout cas pour nous un petit air de paradis.

Adresses utiles
Hambantota
Making of
Autres passengers 6A
Michael Greilsammer
Chanteur et violiniste
« En écoutant le son de Jérusalem, il est facile de trouver l’inspiration »
Lire l’interview >
Virgilio Martínez
Chef et entrepreneur
« Lima est une ville à dévorer »
Lire l’interview >
Kathrin Ernest
Monitrice de kitesurf
« Maurice offre le contraire d’un rythme de vie effréné »
Lire l’interview >