>>>Quelle est la saveur de l’océan Indien ?
L’île Maurice se trouve à 900 kilomètres de Madagascar et à presque 4 000 kilomètres de l’Inde.
Photo: MarianOne via Visualhunt.com

Quelle est la saveur de l’océan Indien ?

Des plats qui évoquent la France, l’Afrique, la Chine et l’Inde. Le monde entier se déguste sur les tables de l’île Maurice, véritable creuset de cultures gastronomiques.
P

our être universel, il faut être local. » Cette phrase de l’artiste espagnol Joan Miró s’applique à la cuisine moderne qui, de nos jours, fait la part belle à la fusion. Or, combiner des saveurs locales et étrangères dans un même plat n’est pas une nouveauté sur l’île Maurice. Les recettes de trois continents s’y marient à la perfection depuis des siècles.

Les Français colonisèrent l’île au XVIIIe siècle. Ils y débarquèrent accompagnés d’esclaves africains qu’ils firent travailler dans les plantations de canne à sucre. Les Chinois s’y installèrent également au XVIIIe siècle. Puis, ce fut au tour des hindous, au milieu du XIXe siècle. Tous ont laissé des traces de leur culture, de leurs traditions et de leurs saveurs.

Coconut vendor on the beach.
Les noix de coco sont vendues de 30 à 50 roupies mauriciennes.
Photo: byvalet - Shutterstock.com

Table d’hôte

Vrais amphitryons, les Mauriciens aiment savourer de bons petits plats maison autour de tables rondes qui invitent à partager les saveurs de trois continents. Mais ils ne renoncent pas à la restauration rapide qui s’exprime sur l’île par des en-cas vendus dans les échoppes de rue.

Cette influence française, créole, chinoise et indienne, s’apprécie aujourd’hui aussi bien sur les étals des marchés que dans les cuisines des meilleurs restaurants du pays. Sur les marchés, comme le Flacq et celui, plus central, de Port-Louis, on trouve des en-cas à consommer dans la rue – à l’image du dholl-puri, la fameuse crêpe aux légumes. Les restaurants sont situés, quant à eux, dans les luxueux resorts de l’île.

La principale matière première du pays reste le poisson. Le restaurant Le Barachois est un expert en fruits de mer : ils sont préparés et servis dans l’une des cinq cabanes construites sur l’eau. L’établissement appartient à l’hôtel Le Prince Maurice, l’un des deux resorts de la chaîne Constance sur l’île Maurice. Au nord de l’île, le restaurant La Table du Château mise sur un menu contemporain à base de fruits et légumes, cultivés dans le potager du Château Labourdonnais.

Huts on the water, Le Barachois.
Le Barachois n’ouvre qu’à l’heure du dîner.
Photo: ©Constance Hotel and Resorts

Les recettes de l’île Maurice abondent également en fruits exotiques. Papayes, mangues, ananas, litchis, goyaves… Les Mauriciens aiment la saveur qu’ils ont avant même qu’ils ne soient mûrs. Sans oublier les noix de coco. On les utilise pour les currys, connus dans l’île sous le nom de masalas, et qui reprennent les techniques de préparation de la fameuse spécialité indienne (mélange d’épices). Les masalas mauriciens ont une touche légère et aromatique. Il faut absolument goûter à celui servi dans le petit kiosque Magique, à Mont Choisy Beach.

Rhumerie de Chamarel distillery.
La récolte de la canne à sucre se fait à la main de juillet à décembre.
Photo: © The Rhumerie de Chamarel

Le riz est la base de nombreuses spécialités, comme le biryani que l’on prépare pour les grandes célébrations. Quant aux plats sautés, ils constituent un héritage chinois. L’un des plus populaires d’entre eux est la spécialité de nouilles frites appelée, sur l’île Maurice, mines frire. Les sauces créoles (comme le rougail) ont un goût de tomate et une pointe de piquant, alors que les françaises sont au vin et aux herbes.

Parmi les boissons, le lassi, une sorte de yaourt, est l’une des plus consommées, mais le rhum reste une source importante de revenus. La distillerie La Rhumerie de Chamarel continue de cultiver sa propre canne à sucre. Il existe différentes méthodes de distillation pour produire des rhums blancs et vieillis. Un parcours guidé permet de découvrir cette distillerie située au sud-ouest de l’île Maurice. On y trouve un restaurant, L’Alchimiste, qui propose des produits locaux qu’ils cultivent eux-mêmes.

L’heure du thé est très courue et les crêpes ont beaucoup de succès l’après-midi. Encore une touche française significative dans ce creuset culinaire qu’est l’île Maurice.

Articles connexes

Le poumon vert de l’île Maurice

Plus grand parc national de l’île Maurice, les gorges de Rivière Noire abritent également des plantes et des oiseaux que...

L’arche de l’île Maurice

Sur ses terres sont passés des animaux de légende, comme le dodo, aujourd’hui disparu. Toutefois, l’île Maurice reste un paradis...

Le rêve de l’aventurier

Avec ses eaux turquoise et ses plages de sable fin, Maurice est une île paradisiaque de l’océan Indien qui promet...

« Maurice offre le contraire d’un rythme de vie effréné »

La monitrice de kitesurf Kathrin Ernest nous dévoile quels sont les meilleurs spots pour pratiquer les sports nautiques à l’île...