>>>Porto avance sonhorloge

Porto avance sonhorloge

Porto est devenue cool. La ville de las audade par excellence recèle également une âme indie et artistique qui s’exprime à travers des festivals, de l’art et de la gastronomie.
P
orto vous fait voyager dans le temps. La première fois que j’ai visité la capitale qui donna naissance au Portugal, j’ai eu l’impression que tout s’était arrêté dans les années 1980 : le graphisme des enseignes, l’asphalte des rues et la décoration des tous les bars de quartier. Au cours de mon dernier voyage, j’ai aussi respiré une ambiance des années 1960 : la lenteur, lesboutiques avec leurs étals de morue à l’air libre, les femmes aux foulards noués sur la tête et les commerces offrant des articles tels que des pièges à rat. Dans ce contexte, la modernité d’une ville qui accueille sa jeunesse à la sortie du festival Primavera Sound est on ne peut plus paradoxale.
Les couleurs des maisons populaires de la Ribeira sont formées de divers matériaux et d’azulejos, un élément classique à Porto.

Dormir dans un milieu artistique

L’hôtel le plus artie de Porto est le Gallery Hostel, dans la Miguel Bombarda. Il s’agit d’une galerie d’art-hôtel située dans un bâtiment excentrique de 1906 et organisantde nombreuses activités culturelles. Rosa et Al, dans la Rua do Rosario, monte des expositions dans une atmosphère bon enfant de design vintage.

C’est le musée Serralves qui a insufflé cette modernité à une ville devenue Patrimoine de l’humanité. Ce bâtiment de facture avant-gardiste, conçu par le prix Pritzker Álvaro Siza Vieira dans les années 1990, s’est en effet mué en symbole de l’art contemporain national. Dix-huit hectares de jardins jalonnés de sculptures s’étendent autour d’une demeure art déco.
On trouve d’autres exemples de ce bon goût contemporainà même de scandaliser la vieille ville de Porto : la Casa da Música en forme de diamant du Hollandais Rem Koolhaas, et les façades colorées des maisons populaires de la Ribera. La restauration de l’Alfândega do Porto a été signée, quant à elle, par l’architecte portugais Eduardo Souto de Moura, gagnant du Pritzker. Le bâtiment abrite le musée des transports et des communications, une porte d’entrée sur la partie la plus actuelle de la ville. Puis, dans les rues entourant la Torre dos Clérigos, les commerces les plus récents se tiennent compagnie : salles de concerts, bars, clubs, restaurants avec cuisine d’auteur, établissement de cupcakes, vinothèques offrant desvins du Duero, Alentejo ou Dao et boutiques.
3Au Gallery Hostel, « chaque chambre a une histoire ». Celles du bâtiment principal rendent hommage aux différentes générations d’artistes de la ville.
On trouve également de petits marchés urbains valant le détouroù l’on pourra dénicher un bijou de création artisanale. Dans la Rua das Carmelitas, c’est la librairie Lello, avec sa façade néogothique, qui se distingue. Depuis 1906, cette enseigne qui compte parmi les plus belles du monde, rend hommage aux lettres et attire 4 000 touristes par jour. À proximité, on trouvera le BASE, un bar-jardin en plein air qui invite à s’allonger sous le soleil de Porto.
Dans un environnement verdoyant, le bar-jardin BASE mise sur les activités en plein air et un style de vie naturel et sain.
Mais Miguel Bombarda est la rue où Porto révèle en définitive sa cool-attitude; aux dires de certains,elle contiendrait le plus grand nombre de galeries d’Europe. Les cafés, ateliers, boutiques bio, cours et jardins intérieurs se remplissent un samedi tous les deux mois à l’occasion des vernissages organisés par les galeries. Parmi celles-ci, l’O! Galeria estdédiée à l’illustration portugaise; la Serpente à la peinture et aux installations vidéo; et la Quadrado Azul aux collages et photographies. Ce quartier déborde littéralement d’art urbain, graffitis, vignettes et mosaïques. Sans oublier la mode représentée par l’espace tendance Muuda ; les petits objets de design présentées par l’irremplaçable Aguas Furtadas ;et les exquises cérémonies du thé par le Rota do Chá, trois étages et une oasis asiatique– du jamais vu dans cette capitale traditionnelle au bord de l’Atlantique.

Articles connexes

Les chiffres de Dubaï

Comme un oasis au milieu du désert, c'est une ville de records et de chiffres. Tout ce qu'il y a...

Le Louvre et le Guggenheim partagent une île

Avec quatre musées et un centre culturel conçus par cinq lauréats du prix Pritzker, l’île de Saadiyat, à Abou Dabi,...

La nouvelle Mecque de l’art

Los Angeles, capitale mondiale du divertissement et terre des rêveurs, est devenue l'épicentre de l'art contemporain.

Rome, éternellement jeune

Conjuguant passé, présent et avenir, Rome possède le pouvoir de se réinventer sans cesse, même aux yeux de ceux qui...