Photo: Keow Wee Loong

PAS DE PHOTOS

L’écriteau « Photos interdites » ou simplement« Passage interdit » est certes accroché à l’entrée. Or, dans l’esprit des photographes intrépides, cet avertissement résonne comme une invitation.
A
ndrej Ciesielski, un jeune Allemand de 18 ans a été arrêté par les autorités égyptiennes à la fin du mois de janvier. Le motif ? Il a grimpé au sommet de la pyramide de Khéops pour prendre des photos d’en haut. Il a mis huit minutes à escalader les 146 m de cette grande pyramide de Gizeh, quasiment le temps qu’il a fallu pour que sa prouesse devienne virale. Mais il n’est pas le seul, car les garçons du blog On the roofsont également réussi à photographier les pyramides d’Égypte sous un autre angle. Les hauteurs constituent l’habitat naturel de ces jeunes gens dont deux sont devenus très célèbres sur Internet. Ces roofers sont des escaladeurs urbains avides d’adrénaline et de perspective zénithale. Si ce phénomène triomphe un peu partout, Dubaï est devenue la capitale de cette tendance. Le photographe Keow Wee Loongen sait long sur la question. Ayant escaladé les 425 m de ce qui sera le plus haut bâtiment du monde derrière le Burj Khalifa etle Marina 101, il a eu le plaisir d’avoir la ville à ses pieds.
L’île Queimada Grande est connue pour abriter de nombreuxserpents. L’entrée aux civils y est interdite.
Photo: @joaomarcosrosa

La photo la plus dangereuse

Sur l’île de Queimada Grande, à 150 km de São Paulo, on trouve entre un et cinq serpents au mètre carré. La majorité d’entre eux sont aussi venimeux que les 2000 exemplaires de vipères fer-de-lance. Joao Marcos Rosa est l’un des rares photographes à avoir osé y poser le pied.

Mais il n’est pas nécessaire d’atteindre les sommets pour obtenir une photographie interdite. Alexander J. E. Bradley le prouve en faisant précisément le contraire : se plonger dans les profondeurs de Paris pourcapter le visage le plus méconnu de la ville de l’amour. Alors que les catacombes parisiennes s’étendent sur un réseau de 300 kilomètres de galeries, deux kilomètres seulement sont ouverts au public. Le reste demeure le territoire des cataphiles– des explorateurs du sous-sol qui se faufilent par l’une des entrées secrètes au risque d’être verbalisés. Des soirées clandestines, des séances de cinéma, voire des baignades souterraines, y sont organisées. Le photographe et cinéaste australien a réalisé un court-métrage sur l’une de ces immersions dans les méandres de Paris.
Dans certains lieux, immortaliser l’instant présent est tout bonnement interdit. C’est le cas de la mystérieuse Zone 51, située dans le sud du Nevada. Son existence a été confirmée en 2013, après des années de spéculations. Cette aire fait partie de la base aérienne d’Edwards. Des essais sur de nouveaux armements s’y tiendraient, notamment les tests effectués sur les avions U-2 utilisés pendant la guerre froide. Or, les ufologues croient que le gouvernement y cache autre chose : les preuves de l’existence d’une vie extraterrestre. Il faut dire que les prétendues observations d’ovnis sont plus que fréquentes dans cette zone du désert du Nevada, et que jusqu’à aujourd’hui le gouvernement nord-américain n’a pas apporté de démenti. Son accès reste complètement interdit, et un système de sécurité complexe protège le secret le mieux gardé des États-Unis.
Cepanneau emblématique fut restauré grâce au fondateur du magazine Playboy, Hugh Hefner, qui organisa unevente aux enchèrespour recueillir des fonds. Chaque lettre coûta 28 000 dollars.
Photo: Joel Doerfel
L’Arche d’alliance est également protégée, encore que le système de sécurité ne soit pas aussi sophistiqué. Elle est en effet gardée par un moine gardien qui est l’unique personne ayant accès à la chapelle de la Tablette, située dans l’église de Sainte-Marie-de-Sion, à Aksoum, en Éthiopie. La légende prétend que ce coffre contient les Tables de la loi, autrement dit les dix commandements de Moïse.
La route 375, située à proximité de la Zone 51,est aussi appelée « la route des extraterrestres ». Selon l’office detourisme du Nevada, elle bat le record d’observations d’ovnis.
Photo: Matthew Kavanagh
Pour obtenir une photo, il faudra allier le courage d’Indiana Jones à l’ambition d’un millennial désireux d’actualiser son profil Instagram.

Articles connexes

Rio de Janeiro à 360 degrés

Trois heures vous séparent des meilleures vues de la capitale du Carnaval brésilien. C'est le temps qu'il faut pour l'ascension...

Qui a tué le “hipster”?

Les "muppies" veulent prendre le relais à la barbe et aux lunettes vintage. S'ils vont devenir la prochaine mode, il...

Voyager en couleur

À l'école, on nous enseigne que l'eau est incolore, mais les lacs du volcan Kelimutu vous en feront sérieusement douter.

Lieux d’Oscar

Los Angeles devient, durant le mois de février, le lieu où se réunissent les destinations les plus impressionnantes de la...