>>>Les rêves mécaniques des Machines de l’île 
Photo: Copyright: Jean-Dominique Billaud/LVAN

Les rêves mécaniques des Machines de l’île 

Que se passerait-il si l’imagination de Jules Verne rencontrait le génie de Léonard de Vinci… Pour le savoir, embarquement immédiat pour Nantes sur Les Machines de l’île !
S
ur les bords de la Loire, un impressionnant éléphant de 12 mètres de haut déambule au milieu d’une foule ébahie. Quel étonnant spectacle ! Fait d’acier et de bois, ce pachyderme de 48 tonnes s’avance majestueusement, en barrissant et en crachant de l’eau par la trompe. À son bord, une cinquantaine de touristes a embarqué pour un voyage inoubliable, digne des mondes fantastiques qui peuplaient l’imagination de Jules Verne. Né à Nantes, l’auteur du Tour du monde en quatre-vingts jours avait déclaré : « Il viendra un moment où les créations de la science dépasseront celles de l’imagination ». Ses mots étaient prophétiques… Aujourd’hui, ce jour est arrivé avec les Machines de l’île, qui réalisent les rêves les plus fous des grands et des petits.
Dans la Galerie, quand l’araignée est réveillée, elle peut accueillir 3 visiteurs.
Photo: Copyright: Jean-Dominique Billaud/LVAN  

Plongez dans les fonds marins

Le Carrousel des Mondes Marins est un aquarium mécanique gardé par 16 pêcheurs originaires de tous les océans. Le parcours vous emmène des abysses jusqu’à la surface de la mer. Le visiteur peut interagir avec des créatures comme le calamar à rétropropulsion, le crabe géant ou le poisson-pirate.

Le Grand Éléphant est la mascotte de la ville. On le retrouve sur des cartes postales et des souvenirs. C’est aussi l’emblème de la compagnie de théâtre de rue « La Machine », et il fait partie du projet artistique Les Machines de l’île.
Les Machines de l’île sont installées sur un ancien site de chantiers navals, au cœur de l’île de Nantes, une île fluviale dans la ville. Aujourd’hui, le parc des chantiers abrite un univers enchanteur et poétique habité par d’étranges créatures oniriques qui forment un atypique parc d’attractions en plein air.
Pour découvrir le processus de création des machines, rendez-vous à L’Atelier. Depuis deux Terrasses qui offrent une vue imprenable sur le laboratoire, les visiteurs peuvent observer les artisans en pleine activité. Le public découvre ainsi comment ces sculptures fantastiques prennent vie grâce aux mécanismes qui composent leur squelette. C’est ici qu’ont été conçus le héron volant, la raie manta, le cheval-dragon, et plus récemment l’araignée géante.
Le Carrousel des Mondes marins a reçu en 2014 l’award de « l’attraction la plus originale du monde » décerné par la THEA (Themed Entertainment Association).
Photo: Copyright: Jean_Dominique Billaud Nantes

L’art au coin de la rue

Le festival Le Voyage à Nantes (1er juillet - 28 août) transforme la ville en un parcours culturel grâce à une trentaine d’installations culturelles réparties dans ses rues, places et jardins. Une ligne verte tracée sur le sol guide le visiteur.

En face de l’Atelier, bienvenue à la Galerie des Machines : c’est là où l’on teste les prototypes. Ce lieu d’exposition est conçu comme un espace interactif où le visiteur est plus qu’un simple spectateur : il est invité à participer et à prendre les commandes des créatures mécaniques. La Galerie abrite également le projet phare de la compagnie : L’Arbre aux Hérons. Encore en cours de développement, cet arbre en acier de 50 mètres de diamètre et de 35 mètres de haut, qui est constitué de branches et de passerelles, accueille deux hérons mécaniques. Il devrait venir s’installer dans le centre-ville une fois que sa viabilité sera confirmée. Pour l’instant, on peut grimper sur la branche prototype qui donne un avant-goût du projet.
Dans Carrousel des Mondes Marins, les visiteurs peuvent grimper sur le Crabe géant, le Poisson-pirate et le Bateau tempête et également les actionner.
Photo: Copyright: © Franck Tomps
Ce bestiaire fantastique est sorti tout droit de l’imagination de François Delarozière et Pierre Orefice. Ces deux inventeurs ont inventé un univers qui mêle tout à la fois les mondes inventés par Jules Verne, l’imaginaire mécanique de Léonard de Vinci, et l’histoire industrielle de la ville de Nantes. L’objectif de ces « architectures vivantes », comme aime à les décrire François Delarozière, est de « rêver les villes de demain et de transformer le regard que nous portons sur nos cités. » Cela peut sembler une chimère, mais c’est déjà ce que disait Jules Verne : « C’est en prêtant attention aux fous que l’on assiste aux grandes découvertes. »

Articles connexes

Hôtels pour mythomanes

Ils ont été le refuge de vraies célébrités, des témoins muets de leur génie et de plusieurs "affaires".

Dracula : persona non grata

Il y a quelques années, une tentative d'ouverture du parc thématique "Draculaland" a été lancée en Transylvanie. Le projet a...

La fièvre verte est contagieuse

Saint-Patrick, le patron de l'Irlande, est né en Écosse. C'est pourquoi il ne serait pas dérangé par le fait que...

Les îles Caïmans sous un autre jour

Pas besoin d’être millionnaire pour aller aux Caïmans ! Bien plus qu’un paradis fiscal, les îles Caimans possèdent de nombreux atouts...