>>>Le "selfie" dans l'abîme
Photo: Leonardo Pereira

Le “selfie” dans l’abîme

Victoria et Leonardo sont un couple normal. Ils aiment se prendre en photos lors de leurs visites. Et surtout lorsqu'ils sont suspendus dans un précipice.
Plus de 79 millions de photos publiées sur le réseau social Intagram incluent le hashtag #selfie, c’est-à-dire, un autoportrait. Les jeunes d’entre 16 et 25 ans sont les plus gourmands de cette forme de popularité sur les réseaux sociaux. Les photos les plus courantes incluent la tenue vestimentaire, l’endroit fabuleux où ils se trouvent ou un délicieux repas. Mais il existe également un autre type de “selfies”, avec chaque jour de plus en plus d’amateurs. Les photos spectacle, celles à la recherche du plan le plus fascinant par dessus tout.
Leonardo et Victoria au Parc national d'Ibitipoca, au Brésil.
Photo: Leonardo Pereira

Philosophie de la vie

"Un jour vous verrez défiler votre vie, faites en sorte qu'il vaille la peine de la regarder", commente Leonardo (@leonardopereira1) sur une photo Instagram, accroché à la montagne de Pedra da Gávea.

L’acrophobie ou la phobie des hauteurs, est un détail pour ces amoureux de la photographie extrême. Appareil photo en main, ils grimpent en haut des montagnes et des bâtiments à la recherche du “selfie” le plus risqué et étonnant. Une tendance qui fait de la photographie un sport à risque, uniquement pour les plus aventuriers. Ils sont de plus en plus nombreux à s’aventurer dans ce hobby si particulier. Beaucoup d’entre eux en ont fait leur style de vie.
Leonardo Pereira, brésilien de 23 ans, deux fois champion de “mountain bike”, a plus de 37 000 followers sur Instagram. Amateur d’escalade depuis à peine un an, Rio de Janeiro a vu grandir son ambition de dominer les montagnes sans aucun type de fixation. “Je me sens en sécurité dans le danger”, avoue-t-il. Leonardo a connu Victoria à Pedra da Gávea, le plus grand monolithe côtier au monde. Elle est depuis devenue sa partenaire dans toutes ses aventures. Sa confiance en Leonardo va jusqu’à se suspendre dans le vide, uniquement tenue par la main de son compagnon. Leur prochaine aventure, la Chine et le Japon. Ils publieront les aventures de leur voyage sur Instagram pour le grand plaisir de leurs followers.
Victoria partage ce goût pour l'adrénaline.
Photo: Leonardo Pereira
Leonardo et Victoria ne sont pas les seuls accrocs à l’altitude. Ivan Kuznetsov, @Beerkus sur Instagram, grimpe sur les bâtiments les plus hauts de toutes les villes du monde dans le seul but d’immortaliser le moment. Il défend que le risque n’est pas une forme de dénigrer la vie, bien au contraire : “C’est ça la vie, c’est comme ça que je m’exprime, et je l’aime plus que toute autre personne”.
Selfie à Pico da Bandeira, le troisième point le plus haut du Brésil.
Photo: Leonardo Pereira
La vie doit être bien différente au sommet du monde. Les plus prudents d’entre nous pourront toujours simplement profiter de la vue. Et tenter de ressentir l’adrénaline au travers de ses comptes Instagram.

Articles connexes

Le astrotourisme, spécialité chilienne

Nous disposons du scénario parfait pour profiter du tourisme astronomique à deux. Des millions d'étoiles ornent le ciel du désert...

PAS DE PHOTOS

L’écriteau « Photos interdites » ou simplement« Passage interdit » est certes accroché à l’entrée. Or, dans l’esprit des photographes intrépides, cet avertissement résonne...

VSS Unity, décollage pour l’espace

C’est le scientifique Stephen Hawking himself qui a donné son nom au vaisseau spatial qui va emmener six voyageurs chanceux...

Qui a tué le “hipster”?

Les "muppies" veulent prendre le relais à la barbe et aux lunettes vintage. S'ils vont devenir la prochaine mode, il...