>>>Le paradis du surf africain

Le paradis du surf africain

Au-delà de l'exotisme, le surf découvre un nouveau Maroc, plus "hippie" et amoureux du néoprène. 3 500 kilomètres de côte à la chasse de ses fameuses longues vagues droites.
Avec une température moyenne de 25 degrés, d’octobre à avril, c’est la saison du surf au Maroc. De nombreux surfeurs du monde entier, et en particulier d’Europe, profitent de ces conditions et de l’absence de massification pour venir en pèlerinage et à la recherche de la vague parfaite.
La région d’Agadir, au sud, avec 300 jours d’ensoleillement par an, concentre la majorité des “spots”, c’est-à-dire des points avec des conditions idéales pour la pratique de ce sport extrême. La ville de Taghazout est considérée comme la mecque du surf au Maroc. Transformée en territoire “hippie” au cours des années 60, elle est célèbre pour ses plages désertes et un environnement qui mélange la culture berbère à la culture du surf. C’est là que l’on retrouve certains des “spots” les plus connus, qui combinent vagues et conditions pour les débutants et les professionnels. Anchor Point est l’une des enclaves les plus connues de par sa vague caractéristique : longue, puissante et avec plusieurs sections. Baptisé ainsi par Jimi Hendrix en 1967, visiteur assidu de la côte marocaine. Tout près, on retrouve Devil’s rock et Banana Beach, pour les débutants, ou Mysteries, avec de longues vagues formées par un récif peu profond.
Les villages près d'Essaouira sont célèbres pour leur ambiance "hippie".
Photo: cdrin / Shutterstock.com

Le surf le plus sombre

Axi Muniain et Jérôme Sahyoun sont les "surfers" acteurs d'un "assaut" nocturne à Safi dans le film "Invasion : The Right Pointbreak". Un court-métrage lauréat de plusieurs prix, et dans lequel les moins courageux peuvent apprécier de spectaculaires vagues nocturnes éclairées uniquement par les leds de leurs planches.

À 20 minutes d’Essaouira, on retrouve l’une des meilleurs destinations pour la pratique du surf et du windsurf. Grâce aux bourrasques constantes, Sidi Kaouki est une référence pour les surfeurs expérimentés, à la recherche de vagues plus difficiles. Dans la zone bohème par excellence de la côte marocaine, c’est le style rastafari et la relaxation “chil out” qui l’emportent. Le tout, inscrit dans la beauté de la plage sauvage au sable blanc, avec une extension de plus de deux kilomètres.
Un peu plus au nord, près de la ville de El Jadid, on retrouve Sidi Bouzid, un “spot” qui ne passe pas inaperçu, étant considéré comme “point break” au niveau international. Ses vagues sont parmi les dix meilleures du monde, de par leur régularité et leur puissance.
Les excursions en chameau sont une autre des activités attirant le plus de touristes sur la plage de Sidi Kaouki.
Photo:Michel Piccaya / Shutterstock.com
Les “spots” sont répartis sur toute la côte atlantique marocaine et, bien que dans le nord les vagues soient plus douces, elles sont idéales pour ceux souhaitant apprendre. Entre le dynamiseme de Casablanca et la capitale, Rabat, la plage de Bouznica est un havre de tranquillité.
Le Quicksilver Pro Casablanca a inscrit le Maroc dans le circuit mondial du surf.
Photo: ©WSL/Masurel
En dépit de la qualité de ses vagues, le Maroc ne fait partie du circuit mondial du surf que depuis peu. Condition qui a changé en septembre 2015 avec l’organisation du premier championnat de surf professionnel : le Quiksilver Pro Casablanca. Un événement conquis par Pedro Henrique, le surfeur portugais-brésilien, qui a également remporté le titre de champion de surf européen de 2015. Ramzi Boukhiam, considéré comme le meilleur surfeur professionnel du Maroc, soulignait l’occasion que représente un événement de ce type dans son pays, car il y a de “très bons surfeurs qui n’ont pas les moyens de participer aux compétitions internationales”. Une journée historique pour le Maroc, qui a depuis été reconnu de façon officielle comme destination de surf au niveau mondial.

Articles connexes

Île et hôtel : tout en un

Si nous vous racontons que nous avons trouvé un Resort de luxe avec Spa, vous vous direz, jusqu'ici, rien de...

« Le Pakistan est l’endroit le plus spectaculaire où j’ai volé »

Il a déjà sillonné le ciel de plus de 40 pays en parapente et a été le premier à réaliser...

Les oasis du Sahara américain

Ce n'est pas tous les jours que l'on trouve de l'eau dans le désert. Le Parc National de Lençóis Maranhenses...

Cervantès, l’homme le plus désiré d’Espagne

Cela fait 400 ans que Miguel de Cervantès est mort. Il a laissé son empreinte dans la région de Castille-La...