>>>Le Morne Brabant, plus qu’une ascension
L’ascension du Morne ne demande pas une grande préparation physique.

Le Morne Brabant, plus qu’une ascension

Connu comme le sud sauvage de l'île Maurice, ce sommet symbolique a été le témoin de l’un des événements historiques les plus importants de l’île.
M

ême si ce n’est pas le sommet le plus élevé de l’île Maurice (cet honneur revient au Piton de la Petite Rivière Noire, haut de 828 mètres), c’est le plus emblématique. Le Morne Brabant est constitué d’une roche basaltique unique et s’élève à 556 mètres d’altitude. Bien que situé dans la partie la plus sèche de l’île, au sud-ouest, il représente toute la puissance naturelle et est devenu une des excursions les plébiscitées de l’île Maurice.

Son ascension n’est pas très difficile. Cependant, il y a certaines zones assez abruptes où l’on doit avancer en s’appuyant avec ses mains. On ne peut pas considérer cette montée comme de l’escalade, mais on n’en est pas loin. Le meilleur moment pour l’ascension est le matin, à la première heure. En effet, en journée, la chaleur peut être intense et compliquer la montée.

Aerial view of Le Morne Brabant
L’ascension n'est pas recommandée en cas de pluie, car les rochers sont glissants.

Un héritage historique

L’île Maurice souhaite promouvoir le Morne comme un site commémoratif national, régional et international. L’objectif est de préserver son histoire, sa culture et son écologie en développant la recherche et en soutenant des projets ou des publications sur les esclaves de l’île.

Il existe des entreprises qui organisent des excursions avec des guides locaux. On recommande cette option, car il s’agit d’une zone de protection spéciale et le climat est instable. Au sommet, on bénéficie de la plus belle vue sur l’île et on peut admirer toutes les variantes du bleu de l’océan.

 

L’accès au Morne Brabant, situé sur la péninsule du même nom, est restreint car il s’agit d’une réserve naturelle. En plus de sa protection, le Morne Heritage Trust se charge de préserver également son héritage historique. Cette montagne et son environnement ont été déclarés patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2008, car cette partie privilégiée de l’île a servi de refuge aux esclaves au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle.

Beach sunset opposite Le Morne Brabant
L’ascension à pied peut se réaliser en 2 heures environ.

Autres excursions sur l’île

La randonnée est une activité courante à l'île Maurice. Un bon endroit pour la pratiquer est la zone de Black River Gorges National Park, qui offre 60 kilomètres de parcours balisés.

Ceux que l’on appelait alors les « marrons » s’établirent dans plusieurs zones de l’île, mais le Morne Brabant devint parmi les plus emblématiques et le symbole de leur résistance face à la couronne française. Ceux qui réussissaient à s’échapper s’installaient dans des lieux difficiles d’accès : zones boisées, grottes… Une fois entre les mains des Anglais, l’esclavage fut aboli au début de l’année 1835. Quand ils se rendirent au Morne pour informer les « marrons » qu’ils étaient des hommes libres, ces derniers ne comprirent pas le message et certains, apeurés, se jetèrent dans le vide. Bien qu’aucune archive ne permette d’attester ce fait, il fait partie de la légende.

Beach on Le Morne
La péninsule du Morne possède un microclimat différent du reste de l’île.
Photo: Byvalet /Shutterstock.com

D’après l’Unesco, « la tradition orale des “marrons” fait de cette montagne le symbole des souffrances et des sacrifices des esclaves dans leur lutte pour la liberté ». De plus, pour sa nomination en 2008, l’accent a été mis sur le fait que cette tradition a eu de l’écho sur les continents et les pays d’où venaient les esclaves : Afrique, Madagascar, Inde et Asie du Sud-Est. En effet, l’île Maurice était un port d’escale si important pour le commerce d’esclaves, que l’île était surnommée « République des Marrons ».

Bien que le Morne Brabant soit protégé, les alentours ne le sont pas. On y trouve de nombreuses propriétés privées, des hôtels, des terrains de golf… Les lagons paisibles venant compléter le paysage. C’est ici que se sont établis les premiers établissements pour accueillir les touristes. C’est pourquoi toute la zone au sud-ouest de l’île arbore une grande tradition hôtelière.

Après l’ascension et la descente du sommet, l’aventure peut se prolonger avec une activité aquatique : sports calmes comme la plongée ou le kayak (dans les lagons) ou d’autres, plus physiques, comme le ski aquatique, le surf ou le kitesurf. Vous pourrez trouver les meilleures vagues de la zone sur One Eye du Morne. Les vents, généralement assez stables, prennent leur accélération dans cette zone, garantissant ainsi de bonnes conditions pour les surfeurs pendant presque toute l’année.

Et, après le sport, le réconfort : le Morne est le lieu idéal pour se reposer. En effet, les plages proches du sommet possèdent un sable d’une finesse et d’une blancheur inoubliable. S’y promener vous rappellera le paradis. Le paradis dont rêvaient les esclaves depuis leur refuge.

Articles connexes

Chevaucher l’écume à l’île Maurice

À Maurice, il y a de l’eau cristalline, du sable fin et des cocktails sur la plage… Mais ses plages...

Le rythme sensuel de l’île Maurice

C’est une danse d’esclaves qui est devenue le rythme officiel de tout un pays. Deux siècles après sa naissance, le...

L’arche de l’île Maurice

Sur ses terres sont passés des animaux de légende, comme le dodo, aujourd’hui disparu. Toutefois, l’île Maurice reste un paradis...

Le rêve de l’aventurier

Avec ses eaux turquoise et ses plages de sable fin, Maurice est une île paradisiaque de l’océan Indien qui promet...