>>>Le café le plus convoité au monde se trouve en Jamaïque
Café jamaïcain.

Le café le plus convoité au monde se trouve en Jamaïque

Cultivé à plus de 2000 mètres d’altitude et produit en quantité limitée, le grain jamaïcain est convoité par les producteurs de café les plus exigeants.
L

e Blue Mountain est le café préféré de James Bond, et s’il y a une chose pour laquelle se distingue l’agent 007, c’est bien pour son bon goût. Ian Fleming, le créateur du personnage, a vécu un temps à Oracabessa Bay. L’auteur britannique s’est même fait construire une demeure dans la zone, située sur la côte nord de la Jamaïque. C’est là qu’il a écrit quelques-unes des aventures du mythique agent secret et, inévitablement, on perçoit entre les lignes de ses œuvres et même dans les goûts de son célèbre héros des allusions à certaines des traditions et des coutumes de l’île.

Mais l’histoire de ce prestigieux café a commencé bien avant que Fleming (1908-1964) ne se mette à taper sur sa machine à écrire. En 1728, Sir Nicholas Lawes, alors gouverneur britannique de la Jamaïque, reçoit en cadeau le précieux café, offert par le gouverneur de la Martinique. Au cours du XVIIIe siècle, le café cultivé dans les Blue Mountains commence à se faire connaître un peu partout dans le monde et, au XIXe siècle, il fait partie des incontournables de la gastronomie jamaïcaine. Doté d’une acidité moyenne, d’un arôme doux et d’un arrière-goût boisé, il possède une saveur plus intense que les autres cafés issus des cultures jamaïcaines.

Culture du café.
En mars a eu lieu la première édition du Blue Mountain Coffee Festival, qui sera renouvelée en 2019.

La particularité de ce café, c’est qu’il se cultive à plus de 2000 mètres d’altitude, dans un climat radicalement opposé à celui du reste de l’île caribéenne. Le parc national de Blue Mountains réunit toutes les conditions idéales pour cultiver ce café si unique : un sol riche en minéraux, à l’ombre des montagnes ainsi qu’un environnement brumeux et nuageux qui offrent un cadre exceptionnel pour les plantations. Ici, les baies mettent plus de temps à mûrir qu’ailleurs. Et c’est précisément lors de cet intervalle de temps que le Blue Mountain développe son arôme si riche. Il est connu pour être l’un des cafés les plus rares et les plus chers au monde.

Le site des Blue Mountains et les monts John Crow a été désigné patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 2015. Il couvre trois paroisses du sud-est de la Jamaïque et s’étend sur plus de 40 000 hectares, soit près de 4,5 % de la superficie de l’île. Grâce à son incroyable richesse naturelle, ce parc est devenu le refuge de nombreuses espèces endémiques de la faune et la flore, comme le papillon géant de Swallowtail, le plus grand de tout l’hémisphère occidental. Le parc accueille le sommet le plus élevé de la Jamaïque : le Blue Mountain Peak, qui culmine à 2 256 mètres d’altitude. Il est accessible lors d’une randonnée de 7 heures. Il offre 15 kilomètres de sentiers que l’on peut parcourir à pied ou à vélo. Sur l’un de ces circuits, il est possible de faire un arrêt dans les exploitations agricoles afin de découvrir les cultures de ce café gourmet.

Parc national de Blue Mountains et monts John Crow.
Ce café jamaïcain possède un faible teneur en caféine, autour de 1 %.

L’usine Mavis Bank Coffee (située à 22 kilomètres de Kingston) propose des visites guidées qui comprennent une dégustation. C’est là que l’on cultive et que l’on récolte à la main le Jablum Blue Mountain Coffee, un produit 100 % Jamaïque Blue Mountain®. Afin de protéger le prestige de ce café, la Jamaïque a établi une réglementation très stricte sur sa production – qui est très limitée – et son exportation. Il existe ainsi des limites géographiques très définies.

Papillon géant de Swallowtail.
Le parc possède trois lieux à voir : Holywell, Portland Gap et Blue Mountain Peak Trail.

Les grains sont classés selon leur taille (niveau 1,2 ou 3) et ceux qui présentent un défaut sont jetés à la main. Pour conserver sa qualité et promouvoir le développement de l’industrie du café, une licence a été mise en place au milieu du siècle dernier afin de contrôler les plantations de café et les installations consacrées à la production. Le Conseil de l’industrie du café de Jamaïque a également été créé à cette époque. Aujourd’hui, c’est le deuxième produit le plus exporté du pays après la canne à sucre.

Chaque lot est examiné rigoureusement avant d’être envoyé à l’étranger. La tradition veut que le café jamaïcain soit transporté dans des tonneaux en bois plutôt que dans des sachets ou des sacs. C’est le seul au monde à être conditionné ainsi et la plupart de ces tonneaux arrivent au Japon, principal client du Blue Mountain Coffee. Mais nul besoin d’aller jusqu’au pays du Soleil-Levant pour le goûter : la Jamaïque et ses montagnes, où naît le café le plus convoité au monde, ne se trouvent qu’à une dizaine d’heures de vol !

Articles connexes

Reggae, ska et dancehall : la bande-son de la Jamaïque

Ses plages ont vu naître quelques-uns des genres musicaux les plus influents de notre époque. Parcourons l’île caribéenne en suivant...

Exotiques, épicés ou dotés de vertus qui décuplent la vitesse… Découvrons des plats que vous ne goûterez qu’en Jamaïque !

Des recettes d’anciens guerriers, un curry de chèvre ou une bière au goût de gingembre… Partons sur l’île la plus...

Des rails cinq étoiles

Cela n'a jamais semblé si évident : l'important, ce n'est pas le point d'arrivée, mais le chemin parcouru. Surtout si ce...

La meilleure fête au monde

Une fois par an, une ville éphémère dédiée à l’art s’installe au milieu du désert sud-africain. Son unique raison d’être...