>>>La Grande-Bretagne de l’autre côté du miroir

La Grande-Bretagne de l’autre côté du miroir

Le Pays de Galles, Oxford, l’île de Wight comme le nord-est de la Grande-Bretagne ont inspiré Lewis Carroll, l’auteur d’Alice au pays des merveilles.
C
e qu’il y a de sûr, c’est que la petite chatte blanche n’y fut pour rien : c’est la petite chatte noire qui fut cause de tout… » Ainsi commence De l’autre côté du miroir, la suite d’Alice au pays des merveilles dont la version cinématographique vient d’être réalisée par Disney. Cependant, signalons que la ville d’Oxford eut beaucoup à voir en revanche avec la création de cette histoire inoubliable. Car c’est dans cette cité universitaire britannique que Charles Lutwidge Dodgson (alias Lewis Carroll) connut Alice Liddell. Le père de l’auteur, le révérend Henry Lidell, s’y était installé et exerçait la fonction d’aumônier de l’université de Christ Church, tandis que Carroll y donnait des cours de mathématiques. « Oxford est le berceau indiscutable du pays des merveilles », assure David Gibb, porte-voix du Story Museum. « L’influence y est généralisée ; si vous cherchez bien, vous la verrez partout dans Oxford ».
La plage de Whitby pourrait avoir servi de cadre au poème « Le morse et le menuisier ».

Animaux disséqués

Le musée d’histoire naturelle de l’université d’Oxford contient un exemplaire disséqué de l’espèce aujourd’hui éteinte du dodo, qui apparaît dans le livre. À Sunderland, on prétend que le poème « Le morse et le menuisier » s’inspira du morse disséqué conservé dans le musée de la ville.

Si le cinéaste Tim Burton s’était inspiré des lieux où Lewis Carroll avait vécu, il lui aurait fallu, pour reprendre les paroles du Roi Blanc, commencer au commencement ; en d’autres termes, Burton aurait dû se diriger tout droit vers la Tamise là où le diacre Dodgson inventa une histoire pour amuser trois fillettes au cours d’une excursion en barque. Ce récit eut un tel succès qu’Alice lui demanda de l’écrire.
Le chat du Cheshire est l’un des personnages emblématiques de ce roman. La tête de ce félin rieur est taillée dans une pierre qui se trouve dans l’église Saint-Pierre dans le village de Croft-on-Tees, près de Darlington. Carroll y vécut à l’époque où son père était recteur de l’église. Le nom du chat vient du comté auquel appartient Daresbury, la ville natale de Carroll, près de Liverpool. On peut y visiter le Centre Lewis Carroll et une exposition sur son œuvre. Si l’on souhaite voir des documents et des objets lui appartenant, il faudra se déplacer jusqu’à Guildford où il est enterré. Lewis Carroll est mort dans la maison familiale, The Chestnuts, qu’il acheta pour ses sœurs restées célibataires.
Le musée d’histoire naturelle de l’université d’Oxford n’a pu conserver que la tête et les pattes de l’exemplaire de dodo de Madagascar, aujourd’hui éteint.
La route passant par les lieux où vécut Lewis Carroll comprend aussi l’île de Wight où il passait ses vacances. Il aimait se promener sur la plage de Sandown et rendre visite à la photographe Julia Margaret Cameron dans la baie de Freshwater. Alice passait l’été non loin, au nord du Pays de Galles, avec sa famille qui fit construire une maison à Llandudno qu’ils appelèrent Pen Morfa, et qui est aujourd’hui l’hôtel St. Tudno.
Lewis Carroll évoque le magasin Alice’s Shop dans son roman sous le nom d’Old Sheep Shop.
Une fois mariée, Alice vécut la plus grande partie de sa vie à Lyndhurst. Elle décrivait le lieu comme « le pays des merveilles devenu enfin réalité ».
Le roman graphique Alice in Sunderland, de Bryan Talbot, raconte que Carroll mit des années à imaginer les histoires et les personnages de ses deux livres ; Talbot insiste notamment sur le temps qu’il passa dans le nord-est de la Grande-Bretagne. Sa sœur Mary vivait à Sunderland. Il donnait des cours de mathématiques à Whitby où il publia son premier poème. Hedworth Williamson, un parent d’Alice vivait également à proximité, à Whitburn Hall où les prairies étaient jonchées de lapins blancs et où Lewis Carroll aimait jouer au cricket. « Oh, tu ne manqueras pas d’arriver quelque part, si tu marches assez longtemps » dit le chat du Cheshire. Et si vous marchez en Grande-Bretagne, vous arriverez toujours au pays des merveilles auprès d’Alice.

Articles connexes

Que la force vous accompagne en voyage

Les effets visuels et les techniques d'animation numérique ont été essentiels pour le tournage des films "Star Wars", mais de...

Pour rester bouche bée

Si vous recherchez un endroit d'où vous protéger du soleil, évitez la Forêt de Shilin.

Des mots d’amour pour Juliette

Après cinq siècles, l'histoire d'amour de Shakespeare continue d'inspirer une multitude d'amoureux. Venez la découvrir au numéro 23 de la...

Le fameux gène du voyageur

L'ADN est responsable de la couleur de nos yeux, mais un seul gène peut-il définir la façon dont nous voyons...