>>>La course du Pôle Nord
Photo: North Pole Marathon / Copyright, North Pole Marathon

La course du Pôle Nord

À moins 30 degrés, même la sueur se congèle. Le Marathon du Pôle Nord, la course la plus septentrionale du monde, complique la tâche aux "runners".
A
“Enfin le Pôle! Le prix de trois siècles, mon rêve et mon ambition pendant 23 ans. À moi, enfin…” C’est ce qu’a écrit dans son journal de voyage l’explorateur américain Robert Peary, qui a eu pour obsession d’être le premier homme à marcher sur le Pôle Nord, le congélateur de la planète. Son exploit, réussi prétendument en 1909, a été noirci par son pire ennemi Frederick Cook, qui a affirmé l’avoir atteint un an plus tôt. Atteindre les 90° de latitude nord demeure aujourd’hui, l’objectif du Marathon du Pôle Nord, la course la plus froide du monde. La première a eu lieu en 2002,lorsque Richard Donovan, actuel directeur de la course, a couvert la distance en solitaire. 42,195 kilomètres sur l’eau congelée, avec une croûte de glace qui atteint un mètre et demi d’épaisseur et qui se déplace à une vitesse de douze kilomètres par jour. C’est la seule barrière qui sépare les coureurs des 4 000 mètres de profondeur de l’océan Arctique. “Le point positif, affirme Donovan, c’est qu'”il ne faut pas se préoccuper de la circulation”.
Le record est détenu par l'irlandais Thomas Maguire, qui a achevé la course en 3 heures, 36 minutes et 10 secondes.
Photo: North Pole Marathon / Copyright, North Pole Marathon

Ce froid objet du désir

Depuis des années, cinq pays se disputent la possession des immenses richesses de l'Arctique. Les États-Unis avec l'Alaska, le Danemark à travers le Groenland, la Norvège, la Russie et le Canada.

L’aventure (et l’acclimatation) commence en avril dans l’archipel de Svalbard (Norvège), dont la population des ours dépasse celle des hommes. Si la climatologie accompagne, les “runners” empruntent un Antonov russe jusqu’à l’une des zones les plus reculées du monde, la base polaire Barneo, construite pour une période de trois semaines près du Pôle Nord géographique. Seule une demi-douzaine de tentes donnent une autre couleur à la resplendissante plaine blanche. Dès que les coureurs foulent la glace, il est bon de s’en remettre au dieu du “bon temps” pour le coup de départ. Il peut survenir à tout moment, la lumière du jour dure 24 heures à cette époque de l’année.
“C’est une course faite pour ceux qui en veulent”, reconnaît Donovan. Ce qui ne l’empêche pas d’attirer tout type de courageux. Des athlètes et coureurs d’ultramarathon jusqu’à une grand-mère de 66 ans du pays de Galles.
Quarante-trois participants de tous les continents et vingt et un pays étaient représentés dans le marathon de 2015, qui a enregistré une sensation thermique de -41ºC. Le tchèque Petr Vabrousek a conquis la mer de glace et a remporté la course en quatre heures, 22 minutes et 24 secondes. Ici, l’ennemi juré reste le froid extrême et la sensation thermique peut atteindre les -60ºC. C’est pourquoi certains coureurs, comme l’Espagnol Fernando González, optent pour un entraînement à l’intérieur d’usines frigorifiques industrielles. De manière ironique, le principal problème avec des températures si extrêmes, c’est que la sueur se congèle et que cela produit une suffocation du fait de l’excès de vêtements. Une autre difficulté est le terrain, dangereusement plat et semé de crevasses, d’amoncellements de blocs de glace et de neige molle. Cela oblige à utiliser des raquettes de neige sur certains tronçons pour stabiliser la marche.
Généralement, la préparation physique est de15 à 20semaines.
Photo: North Pole Marathon / Copyright, North Pole Marathon
“Rien n’est comparable à l’expérience surréaliste du Marathon du Pôle Nord. C’est une aventure qui n’a pas de prix”, assure Steven Seaton, coureur et éditeur de la revue Runner’s World Magazine. Après avoir atteint l’objectif, peu importe qui a gagné. Le prix partagé par tous les coureurs passe par se rendre en hélicoptère au point exact le plus au nord de la planète, où la boussole marque les fameux 90º de latitude nord. C’est là qu’ils se prennent en photo, comme preuve de son courage, chose que n’ont pas pu faire Peary ou Cook, et qui confirme leur conquête du Pôle Nord.
L'inscription pour le marathon de 2017 est déjà ouverte. Son prix est de 13 800 euros.
Photo: North Pole Marathon / Copyright, North Pole Marathon

Articles connexes

Un an d’aventure au Pays de Galles

Avec ses collines et ses falaises abruptes et 15 sommets de près de 1000 mètres d'altitude, la région britannique du...

À dos de serpents dans le Kerala

Au sud de l’Inde, l’eau des lacs bat au rythme des rames. Ce sont les régates des bateaux du Kerala,...

Le paradis du surf africain

Au-delà de l'exotisme, le surf découvre un nouveau Maroc, plus "hippie" et amoureux du néoprène. 3 500 kilomètres de côte...