>>>La conquête de l'Amérique
Foto: K. Ciappa for Visit Philadelphia™

La conquête de l’Amérique

Rocky Balboa, Al Capone, le "cheesesteak" ou Benjamin Franklin définissent l'énergie de Philadelphie, mégapole de l'État de Pennsylvanie et première ville américaine nommée au Patrimoine de l'humanité par l'UNESCO.
L’Independence hall en a été la clef. Pour être susceptible d’obtenir cette reconnaissance, une ville doit avoir au moins un monument déjà nommé par l’UNESCO. Exigence que Philadelphie remplissait depuis 1979 grâce à ce légendaire bâtiment aux briques rouges, où les pères fondateurs de la démocratie américaine ont signé la déclaration d’indépendance de 1776. Ces mêmes murs ont accueilli le débat et la signature postérieure de la Constitution américaine de 1787, avec George Washington comme président. L’Independence Hall est considéré comme le berceau des États-Unis d’Amérique.
En haut de l'escalier du Philadelphia Museum of Art se trouvent des empreintes des pieds de Rocky, en bronze.
Photo: G. Widman for Visit Philadelphia™

L'importance de s'appeler UNESCO

L'importance de s'appeler UNESCO
Selon une étude de la Global Philadelphia, la reconnaissance en tant que Patrimoine Universel augmentera au moins le tourisme international de la ville de 10% et le tourisme national de 2% chaque année, ce qui se traduira en près de 250 millions de recettes supplémentaires.

Mais Philadelphie c’est beaucoup plus que son passé. Située au nord-est du pays, entre les deux mastodontes de New York et de Washington D.C, elle offre une orographie douce, ensemencée de gratte-ciels, de maisons du XVIIIe siècle et d’artères truffées d’arbres et de musées. C’est également un important port industriel sur le fleuve Delaware, et son histoire et sa modernité se fondent avec dynamisme et charme.
C’est ici que se trouvent les 72 marches les plus célèbres de la planète, celles que montaient en sprint Sylvester Stalone durant son entraînement comme Rocky et qui conduisent à la façade sud du Philadelphia Museum of Art. Ou la somptueuse cellule de la Prison orientale de l’Avenue Fairmont (Eastern State Penitentiary) où Al Capone a été condamné à huit mois entre tapis persans exotiques, un bureau, une radio pour écouter des valses et de nombreuses peintures à l’huile.
Cellule où a été emprisonné Al Capone entre 1929 et 1930.
Photo: M. Fischetti for VISIT PHILADELPHIA®

Retour dans le passé

La concentration la plus importante de maisons des XVIIIe et XIXe siècles des États-Unis se trouve à Society Hill, à l'ouest de Penn's Landing à Philadephie. Il s'agit d'un quartier charmant avec une succession de résidences au style géorgien et colonial, très bien conservées.

Philadelphie est une explosion artistique constante. En plus de ses collections permanentes -qui comprennent la plus grande collection de Rodin hors de France-, elle recevra, en 2016, Picasso, Matisse ou Modigliani, avec une exposition fondée sur le maître espagnol et ses influences, composée de plus de 50 ouvrages datant de la Première Guerre mondiale (The Barnes Foundation, du 21 février au 9 mai). Diego Rivera, José Clemente Orozco ou David Alfaro Siqueiros, les “Trois Grands” du modernisme mexicain ne manqueront pas à l’appel, dont la “Peinture de la Révolution” sera visible au Philadelphia Museum of Art entre octobre 2016 et janvier 2017.
C'est en 2015 qu'a eu lieu le premier festival consacré au "cheesesteak", créé en 1930.
Photo: R. Kennedy for VISIT PHILADELPHIA®
D’un point de vue gastronomique, Philadelphie est le centre du Donut et du “cheesesteak”. Le premier a été une innovation des Hollandais arrivés au XVIIe siècle et est devenu une perversion irremplaçable dans les petits déjeuners américains. Le deuxième est le cachet gastronomique des déjeuners informels et postes de rue de la région. C’est une espèce de sandwich avec de petites bandes de viande et de fromage fondu, et son temple est John’s Roast Pork (14 Snyder Avenue).
La ville de l’amour fraternel -comme l’a baptisé William Penn en reliant “philos” (amour) et “adelphos” (frère)- accumule les sites d’intérêt. La Cloche de la Liberté, la maison de Benjamin Franklin, la Réserve Fédérale, la maison de Betsy Ross, considérée communément comme la femme ayant cousu le premier drapeau américain, et même les matches de la Coupe d’Amérique de Football, complètent une énorme expérience en 2016.