>>>À la recherche du temple tranquille

À la recherche du temple tranquille

À Bangkok, la ville ne se repose qu'à l'intérieur de ses sanctuaires, où les moines se lèvent la nuit pour prier avant l'arrivée des touristes.
“La paix vient à l’intérieur, ne la cherchez pas à l’extérieur”. La phrase de Bouddha est parfaite à Bangkok, la capitale de la Thaïlande. Face au fourmillement des jours qui passent, des marchés, des habitants, et à l’ébullition de ses nuits et de ses néons, il n’y a que dans les temples, les “wats”, qu’il est possible de retrouver un peu de tranquillité dans une ville qui vit intensément 24/24h. Les temples bouddhistes sont une autre histoire : ni même la visite des touristes ne les perturbe. La plupart commencent la journée très tôt, à quatre heures du matin, mais ils n’ouvrent pas au public avant huit heures.
Les pieds du Bouddha couché mesurent plus de 3 mètres

Vers le ciel, en train

Seulement à Bangkok, on recense plus d'un millier de temples. Peu de villes au monde offrent un skyline comme celui de Bangkok, avec sanctuaires gratte-ciels et luxueux palaces. Ou un train surélevé très moderne, le Skytrain, avec lequel se déplacer pour rendre hommage aux dieux.

Le Wat Pho est un temple à ne pas rater en Thaïlande. Un Bouddha couché de 15 mètres de haut et de 46 mètres de long occupe la majeure partie du bâtiment. La figure, construite en plâtre doré et en briques, et recouverte d’une fine couche d’or, est le plus grand Bouddha couché de Thaïlande. Ses pieds mesurent déjà trois mètres de haut et plus de quatre mètres de largeur. Une taille colossale pour un Bouddha qui, contrairement à ce que laisse penser sa position détendue, n’est pas en train de se reposer, mais qui se trouve dans la position qui représente son passage au Nirvana. C’est également ici qu’a été fondée, en 1782, la première école officielle de massage traditionnel thérapeutique, dont on peut profiter aujourd’hui dans les locaux du quartier de Rattanakosin, en bordure du Palais royal.
De nombreux Bouddhas, comme celui couché, sont couverts de feuilles d’or, mais celui qui domine à Wat Traimit pèse cinq tonnes, et il est en or massif. Il a été construit dans l’ancienne capitale de la Thaïlande, Ayutthaya, au XIIIe siècle. Des années plus tard, la statue a été recouverte en stuc pour la protéger des voleurs qui assiégeaient la ville, et elle a été oubliée. Elle a passé plus de 20 ans sous les intempéries après la démolition du temple où elle a été transférée, jusqu’à ce qu’en 1955, une erreur de grue lors d’un autre transfert rompit le stuc et dévoila le secret qui se trouvait à l’intérieur. Elle se trouve aujourd’hui dans un temple austère dans le quartier de Chinatown.
Wat Traimit, dans le quartier chinois de Bangkok

Sandales oui, tongs non

Pour pénétrer dans les temples, il est interdit de porter débardeurs ou pantalons courts. Dans certains, il est même interdit d'entrer en tongs (mais si en sandales). Il convient de toujours disposer à portée un foulard pour se couvrir, même si de nombreux temples louent les vêtements nécessaires à l'entrée.

Wat Traimit n’est pas le seul temple qui recèle des secrets. Wat Benchamabophit, connu comme le “temple de marbre”, a aussi les siens. Situé à proximité du parc Dusit, il a été un caprice du roi Rama V, dont les cendres reposent à l’intérieur, et a été construit en marbre blanc de Carrar, apporté directement d’Italie. C’est ce qui donne au temple cet extérieur à l’apparence délicate qui lui vaut d’être considéré comme l’un des plus beaux de Thaïlande. Aux premières heures, il est encore possible d’écouter les prières des moines du temple. Ils savent, comme le disait leur maître, que la paix vient de l’intérieur. Cela fait longtemps qu’ils ont cessé de la chercher à l’extérieur.
Wat Benchamabophit, le temple de marbre
chompunoi

Articles connexes

La capitale asiatique du design

La petite ville de Taïpei, à Taiwan, est la Capitale mondiale du design 2016. Mais elle est un exemple de...

Magie à La Havane

Nous ne savons pas si ce sont ses murs aux couleurs vives ou le rythme frénétique de sa rumba, mais...

Le terrible chemin vers l’immortalité

"Toute personne franchissant ce point deviendra semi-immortelle". C'est l'inscription qui vous attend si vous arrivez à parvenir au sommet du...

Le Japon fait son cinéma

Rien de mieux qu’un film pour mettre une ville sous le feu des projecteurs ! Grâce à Notre Petite Sœur d'Hirokazu...