>>>Le temple perdu de Ta Prohm

Le temple perdu de Ta Prohm

Pendant des siècles, il semblait avoir disparu sous terre. Lorsqu'il a été redécouvert par l'homme, le temple le plus fascinant d'Angkor a étonné les explorateurs.
Il ne s’agit pas de la grandeur architecturale de ses douzaines de tours. Ni même l’exploit d’ingénierie de sa construction en 1186. Et encore moins la vie à cette époque là, avec des milliers de personnes se faufilant autour de lui. La raison de sa fascination c’est la jungle. De la forêt qui l’a envahi, qui l’a conquis, qui naît, magique et puissante, d’entre ses ruines pour en faire le temple le plus important du site archéologique d’Angkor, au Cambodge. Ta Prohm est quelque chose d’unique. Quelque chose de sauvage.
Petit autel à l'intérieur de Ta Prohm
De Visu /Shutterstock.com

Tchin-tchin avec Lara Croft

Ta Prohm est le scénario parfait pour un film. C'est là qu'a été tourné "Tomb Raider", l'aventure de Lara Croft, l'archéologue interprétée par Angelina’ Jolie. Aujourd'hui Lara Croft est également le nom d'un fameux cocktail que l'on peut déguster dans les bars de Siem Reap.

Le temple, qui faisait autrefois partie de la capitale de l’Empire Khmer, ressort timidement d’entre les énormes racines d’arbres centenaires. La végétation enlace ses statues et s’incruste dans ses façades, comme s’il s’agissait de le faire disparaître, de l’absorber. Et ce ne serait pas la première fois qu’elle y parvient. Avec la chute de l’Empire Khmer au XVe siècle, les temples ont été abandonnés et oubliés. 400 ans plus tard, des explorateurs européens les ont découverts. L’aspect qu’il a aujourd’hui est très semblable à celui du jour où il a été découvert, car il a été décidé de laisser Ta Prohm tel qu’il était. Le but était de montrer le pouvoir de la nature sur l’homme. Et sa photogénie également. À Ta Prohm, les seuls changements qui ont été opérés ont été réalisés pour éviter l’effondrement du site. Cela permet à ses visiteurs de ressentir aujourd’hui cet appel de l’aventure qu’ont vécu autrefois les explorateurs français ayant découvert le site. Qu’ils puissent se faufiler sur des sentiers étroits alors que les cimes des arbres éclipsent le soleil et que l’humidité de la forêt enveloppe l’ensemble.
Avant son déclin, Ta Prohm était un important monastère et une université bouddhiste. Le site a été construit par le Roi Jayavarman VII en l’honneur de sa mère, dont l’image servi de modèle pour la statue principale du temple, Prajñaparamita, symbole de la sagesse. Une inscription en sanskrit nous donne une idée de son importance : près de 80 000 personnes étaient chargées de son entretien, et il renfermait plus de 500 kilos d’or, 35 diamants et plusieurs milliers de pierres précieuses. La richesse du temple est également visible de par sa taille : avec ses 39 tours, c’est l’un des plus grands temples du complexe d’Angkor.
Les arbres ont couvert la quasi totalité des ruines
goikmitl
Pour revivre son passé de gloire, il faut maintenant s’ouvrir un passage entre les branches et les racines et marcher au travers de la longue chaîne de bâtiments reliés par de sombres couloirs. La nature l’a transformé en un labyrinthe qui oblige le voyageur à s’y aventurer avec un bon plan ou un guide connaissant le chemin. Parce que l’émotion du voyage, comme le savaient les français arrivés à Ta Prohm, réside également dans le fait de revenir pour le raconter.
Le temple est dédié à la mère du roi Jayavarman VII

Articles connexes

“Un anneau pour tous les conquérir”

Frodo et Gollum seraient d'accord : il existe un anneau bien meilleur que celui de Sauron, et il se trouve...

La grimpe n’est pas réservée qu’aux courageux

Il existe deux types de personnes : celles qui aiment admirer une montagne d'en bas et celles qui préfèrent y...

Le vélo qui voulut grossir

Aujourd’huiles fat bikes livrent une sérieuse concurrence aux skis. Les roues de ces vélos ont en effet été élargies pour...

Magie à La Havane

Nous ne savons pas si ce sont ses murs aux couleurs vives ou le rythme frénétique de sa rumba, mais...