>>>Depuis Istanbul avec amour

Depuis Istanbul avec amour

C'est la seule ville au monde avec un pied en Asie et l'autre en Europe. Et lorsque que l'on est au milieu de deux cultures, on ne peut en garder qu'une seule.
Avec ses bâtiments néoclassiques aux balcons allongés, on pourrait se croire dans n’importe quelle capitale européenne. Mais simplement en levant la tête, avec les minarets des mosquées, on se rend très vite compte que nous sommes à Istanbul. Les vitrines des magasins de luxe cohabitent avec les petits salons de thé où ses habitants viennent s’assoir pour fumer un narguilé et regarder les gens passer. Dans le restaurant et salon de thé Malko, vous pouvez en profiter pour un prix correct, en plein centre historique. Le quartier Sultanahmet rassemble les principaux lieux touristiques : Sainte-Sophie, la Mosquée Bleue, le Palais de Topkapi… Ses murs sont comme un livre d’histoire. Vous êtes dans l’ancienne Constantinople, capitale de l’Empire byzantin, conquise ensuite par l’ottoman. Aujourd’hui, le véritable combat se livre au Grand Bazar, où la capacité de marchandage des acheteurs est confrontée à la dialectique des vendeurs de tapis et de souvenirs. Les derniers sont presque toujours les premiers.
SALT Galata
Mustafa Hazneci

Délicieuse Turquie

Les pâtisseries les plus typiques d'Istanbul sont les délices turques, les "lokum". Il s'agit d'une espèce de bonbon, réalisé en sirop de fruits, dont la recette a plus de 200 ans. Vous pouvez en trouver dans tous les bazars, mais à Lokum Istanbul, à Beskitas, ils les enveloppent comme s'il s'agissait de petits trésors.

Le Bazar des épices est un autre lieu où mettre en pratique le marchandage. Les sens en sont troublés face à tant de stimulations. Couleurs intenses, odeurs et saveurs sont réunies dans les deux rues du marché. Le Bazar attire les voyageurs “foodies” du monde entier. Les gastrotours, si à la mode, continuent après le pont Gálata pour parvenir au marché de Karaköy. On peut y acheter du poisson frais ou le déguster dans des restaurants comme Lokanta Maya. Ouvert en 2010, en pleine régénération du quartier. Sa reconversion comme destination “hipster” est peut-être due à sa proximité avec Beyoglu, le quartier à la mode par excellence. C’est là qu’a ouvert la première boutique Bilstore, un “concept store” de vêtements et d’accessoires design, et c’est là où se regroupent des galeries d’art et des cafés à la mode. SALT Beyoglu et SALT Galata sont deux de ces nouveaux points de rencontre de la jeunesse. Ce sont des librairies qui organisent expositions et projections de films.
En contraste avec la zone la plus cosmopolite de la ville, nous choisissons un emplacement oriental et bohème pour observer le coucher du soleil sur le “skyline” d’Istanbul. À cette heure-ci, sur le côté asiatique, le port d’Üskudar est rempli de touristes et d’habitants, s’installant sur leurs tapis turques et préparant leurs “smartphones”. La Tour de Léandre, flottant au milieu du Bosphore, est la toile de fond de la soirée.
360 East Moda
Le côté asiatique ne nous séduit pas uniquement par ses couchers de soleil. Il le fait également de par sa gastronomie. À Çiya Sofrasi, à Kadiköy, la gastronomie traditionnelle turque est la protagoniste. Le 360 East Moda, le restaurant et discothèque de la terrasse de l’hôtel Hilton Doubletree, est le lieu où se retrouve la “jet set” de la ville. Tout comme la ville, ce club possède également un pied sur la rive asiatique du Bosphore et l’autre en Europe : c’est à Beyoglu que se trouve son club jumeau, 360° Istanbul.
Délices turcs et autres pâtisseries au Grand Bazar

Articles connexes

La tour des deux mondes

La Tour de Léandre unit Asie et Europe au Bosphore. Un phare aux légendes tragiques où l'on organise aujourd'hui des...

Istanbul au ralenti

Trouvez votre moment de bonheur à Istanbul : une croisière sur le Bosphore, un massage au hammam ou un dîner...

“Istanbul est le “check point” où l’histoire et le mystère se retrouvent”

Journaliste et présentatrice de télévision, Ece Üner, notre Passenger6A à Istanbul, nous raconte comment poursuivre le “keyif” dans sa ville...

Des quartiers qui rescucitent

Un quartier marginal peut-il devenir le quartier le plus "chic" de la ville ? New York, Barcelone, Hong-Kong et Buenos...