>>>Christchurch : la ville improvisée  
Photo: alarico / Shutterstock.com

Christchurch : la ville improvisée  

Il y a cinq ans, un tremblement de terre dévasta la deuxième plus grande ville de Nouvelle-Zélande. Mais elle ne parvint pas à détruire une chose : la nature combative de ses habitants.
À
Christchurch, la cathédrale est en carton. On y célèbre des eucharisties et des concerts. Il ne reste plus que des ruines de la cathédrale d’origine, la première que les colons levèrent en Nouvelle-Zélande, sérieusement endommagée par le tremblement de terre de 2011. La structure en carton est une cathédrale provisoire présente à Latimer Square. Elle restera en place jusqu’à la construction d’un bâtiment permanent.
Le centre Re:START compte à ce jour environ 50 commerces.
Photo: MJ Prototype / Shutterstock.com

Hommage au courage

Les habitants de Christchurch s’efforcent de récupérer la splendeur de leur ville, mais ils n’ont aucune envie d’oublier la catastrophe qui a bouleversé leurs vies. Pour ce faire, le Canterbury Museum a conçu l’espace multi sensoriel Quakecity dans un conteneur de Re:START ; il vise à rappeler le tremblement de terre aux Néo-Zélandais et aux touristes.

Le mot Christchurch se prononce avec optimisme. « Un optimiste voit une opportunité dans toute calamité », disait Winston Churchill. Et optimistes, les habitants de Christchurch le sont, car après que le tremblement de terre eut dévasté la moitié de la ville, ils réussirent à la faire littéralement renaître de ses cendres. Mais cinq ans après, les dégâts sont encore visibles, et le centre-ville ne s’est pas encore relevé. Les horloges se sont arrêtées à 12 h 51. Où que vous regardiez, vous verrez des chantiers. Il faudra quinze ans de plus pour que la ville ressurgisse complètement. Un tiers de ce délai s’est écoulé et Christchurch travaille avec son meilleur outil : la créativité.
Les restaurants ont rouvert au public quoiqu’ils dépendent pour le moment de générateurs électriques. Certains parient même sur l’humour noir pour se réinventer comme l’ancien bar Goodbye Blue Monday qui, après le tremblement de terre, prit le nom deSmash Palace (palais détruit). Dans un ancien autobus recyclé et repeint en couleurs, ils vous prépareront un grand choix de hamburgers encore que la spécialité soit la bière locale. En tout cas, les gens s’y rendent en masse pour trinquer et danser sous ses guirlandes lumineuses.
La cathédrale temporaire a été construite avec 98 tubes en carton. Elle a ensuite été recouverte avec une plaque de vitraux.
Photo: christchurchnz.com

Où la ville respire

La tranquillité du jardin botanique contraste avec les gros travaux du reste de la ville. Cet espace de 21 hectares n’a pas été affecté par le séisme. On y trouve des arbres de plus de 120 ans et une grande variété de fleurs. Il est traversé par la rivière Avon que l’on peut descendre en gondole.

L’ancienne Mecque du shopping avant 2011 porte aujourd’huile nom de Re:START (redémarrer). De l’extérieur, c’est un centre commercial construit avec des conteneurs de marchandises superposées. De l’intérieur, il reflète les nouvelles opportunités. Bakers est une référence de la mode masculine en Nouvelle-Zélande. Sur la façade de sonconteneur, on peut lire « Don’t be afraid of looking good. Be afraid of not » (Ne craignez pas d’être chic, mais plutôt le contraire). Plus qu’un slogan, c’est la philosophie de Christchurch. Lululemon est un magasin de vêtements de sport qui offre également des ateliers et des cours de yoga. Le stand de cuisine grecque Dimitris est pris d’assaut à l’heure du déjeuner. L’arôme du café sophistiqué de Hummingbird enveloppe tout. On trouve des librairies, des boutiques de cadeaux, même un salon de coiffure pourchanger de look. Il faut dire que les gens de Christchurch sont experts en la matière.
Le jardin botanique de Christchurch a été créé il y a plus de 140 ans.
Photo: christchurchnz.com
Hapa est une boutique de cadeaux et d’artisanat. Sa propriétaire Maureen Taane assure qu’elle restera à Re:START autant que possible : « C’est un symbole de la renaissance de la ville. Pour les clients, ce serait triste qu’il disparaisse. » Mais sa fermeture est programmée en janvier 2017. On espère d’ici là que la plupart des nouveaux bâtiments du centre aient été construits. Ce sera un nouveau départ pour Christchurch. Une nouvelle opportunité de faire ce qu’ils savent le mieux faire : se réinventer.

Articles connexes

Un aéroport où circulent des trains

Incroyable mais vrai, il existe un aéroport où circulent des trains ! Unique au monde, celui-ci se trouve en Nouvelle-Zélande. Géré...

La ‘A-list’ de New York

New York ne cesse de se réinventer. Si vous y aller cet hiver nous ne pouvons rien faire contre le...

Paris dans le noir

Il existe un lieu à l'abri des feux de la tour Eiffel et des néons du Moulin Rouge. Prenez une...

Uniquement pour les fans

Il ne s'agit d'être bon dans quelque chose, il s'agit d'être le meilleur. Ces magasins et restaurants s'y risquent et...