>>>À deux mètres sous terre

À deux mètres sous terre

La ville souterraine d'Édimbourg a disparu au XIXe siècle, mais les récits de ces anciens habitants, sont plus vivants que jamais.
Si vous êtes déjà allé à Édimbourg, vous avez probablement déjà visité son château sur la colline de Castle Hill, le palais Holyroodhouse et, bien entendu, le Royal Mile. Vous connaissez déjà la capitale de l’Écosse…mais pas comme il se doit. Édimbourg cache un secret connu par très peu de gens : une ville sous ses fondations. Pénétrez dans l’infra-monde : entrez dans Mary King’s Close.

Un geste solidaire

En raison de la grande quantité de touristes apportant des jouets à Annie à Mary King's Close, ces jouets sont retirés de la salle tous les trois mois. Ils sont tous donnés à des associations caritatives, chargées de distribuer ces cadeaux parmi ceux qui en ont le plus besoin.

Il est situé sous les bâtiments de l’Old Town, muré par l’actuel Conseil municipal de la ville, sur la Royal Mile. Pendant de nombreuses années, le site est resté fermé au public, mais il a été réouvert en 2003 comme attraction touristique, et depuis son ouverture des histoires de ravages et d’assassinats s’y étant déroulés ont resurgi. La ville enterrée d’Édimbourg a été construite au Moyen Âge. L’espace était limité et il n’était pas possible de construire davantage de logements, et les attaques des envahisseurs successifs ont empêché la ville de s’accroître car il était dangereux de vivre en dehors de ses remparts. Les riches ont construit vers le haut, ce qui a entraîné la création des premiers immeubles d’appartements du XVIe siècle, et les pauvres vers le bas, en créant ainsi une ville en sous-sol, qui est toujours au même endroit.
Les classes pauvres ont dû apprendre à vivre dans un espace lugubre, humide et pratiquement sans aération. Sans lumière du soleil, sans accès à l’eau et, comble du comble, les résidus des étages de la partie supérieure étaient lancés en bas. Les maladies ne tardèrent pas à apparaître, mais c’est la peste qui a véritablement transformé ce lieu en une véritable nécropole. Lorsque quelqu’un tombait malade, la pratique voulait qu’il soit enfermé chez lui, pour contenir l’épidémie, ce qui terminait par contaminer tous les membres de la famille. Les cadavres s’accumulaient dans les rues de cet infra-monde jusqu’à ce qu’on vienne les récupérer.

Le médecin oiseau

Une silhouette complètement cachée, avec des gants en cuir et un terrifiant masque d'oiseau, se promenait entre les maisons de l'impasse. N'ayez pas peur car malgré son apparence, il s'agissait de l'une des rares personnes qui s'approchaient des malades: le docteur George Rae, habillé ainsi pour éviter les infections.

Cette impasse a été définitivement fermée en 1902. Son dernier habitant, Andrew Chesney, a été contraint de quitter les lieux et, depuis, l’impasse est resté fermée, ce qui explique le caractère lugubre de ces ruelles. Plusieurs entreprises, comme The Real Mary King’s Close, proposent des tours pour aider les visiteurs à s’y situer et à y vivre en personne la vie de l’époque. Habillés comme les anciens habitants locaux, les guides partageront des récits comme celui d’Annie, le fantôme d’une fillette de huit ans qui, comme le veut la légende, a été abandonnée par ses parents après avoir contracté la peste. Elle a été découverte par une médium japonaise, qui a expliqué qu’elle était triste parce qu’elle avait perdu sa poupée de chiffon, ce qui a donné lieu à une tradition, et les visiteurs du monde entier viennent apporter des peluches au petit fantôme. Mais ce n’est pas le seul esprit qui hante Mary King’s Close. Certains affirment avoir entendu des pas et un travailleur a même saisi une silhouette spectrale avec l’un des appareils photos. Si vous aimez les histoires de fantômes et que vous souhaitez connaître la vraie Édimbourg, oubliez donc la Royal Mile et promenez-vous dans ses entrailles.

Articles connexes

Coober Pedy : vivre sous terre

Après que les pionniers de la ruée vers l’or (les forty-niners) eurent dévasté les terres « dorées » de la Californie, l’arrière-pays...

Trop d’amour

Bruges est une ville de conte, de fables romantiques sur l'amour éternel et de chocolateries où le sucre peut grimper...

Plongez dans des musées

De l'art sous l'eau ? Lanzarote a ouvert un musée à douze mètres de profondeur. Le plus grand musée sous-marin...

Lalibela : la Jérusalem éthiopienne

Au cœur des montagnes de Lasta se trouve la cité monastique de Lalibela, dont les temples ont été sculptés dans...